Pas de possibilté de se regrouper cette année dans les amphis de l'Université de Nantes ? Qu'à cela ne tienne ! Vos conférenciers s'adaptent et vous proposent un nouveau rendez-vous hebdomadaire en direct ! Une programmation éclectique de conférences inédites à retrouver sur notre WEBTV chaque jeudi à 14h30 en suivant ce lien :  https://mediaserver.univ-nantes.fr/lives/universite-permanente-en-direct/


Au programme, chaque jeudi à 14h30, du 5 novembre au 18 février :

Jeudi 05 novembre 2020 à 14h30

Marie FAVEREAU-DOUMENJOU - Gengis Khan et l’Empire mongole (en partenariat avec le Château des ducs de Bretagne)

Marie Favereau-Doumenjou, Maître de conférences à l’Université Paris Nanterre-Paris 10. Elle fut notamment assistante de recherche à l’université d’Oxford et membre du projet européen Nomadic Empires (2014-19), membre scientifique de l’Institut français d’archéologie orientale (2005-2009), boursière Fulbright à l’Institut des études avancées de Princeton (2009-2010) Marie Favereau est chargée de cours à l’université de Leyde (2011-2014).
Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’empire mongol et l’islam, dont La Horde d’or et le Sultanat mamelouk : naissance d’une alliance (Institut français d’archéologie orientale, 2018). Elle sera l’auteur de l’introduction du catalogue de l'exposition "Fils du Ciel et des Steppes" Gengis Khan et la naissance de l'Empire mongol qui est reportée en octobre 2024.

Vous n'étiez pas disponible le 5 novembre ? Visionnez la conférence de Marie Favereau Doumenjou en cliquant ici.
                                                                 




Jeudi 12 novembre 2020 à 14h30 : 

Bruno DOUCEY et Murielle SZAC - Pablo Neruda et l’aventure du Winnipeg

À l’occasion de la parution du roman (jeunesse) de Bruno Doucey, "Pablo Neruda, Non à l’humanité naufragée" (Actes Sud)

"La plus grande fierté de sa vie". Le poète chilien Pablo Neruda, magistral écrivain, prix Nobel de littérature, condamné à l’exil politique, parlait ainsi du Winnipeg, ce bateau grâce auquel il accomplit le sauvetage de milliers de réfugiés espagnols. Une aventure étonnante et méconnue qui résonne de manière brûlante avec notre actualité. L’insoutenable réalité contemporaine des bateaux chargés de réfugiés, rejetés par tous, a donné à Bruno Doucey le désir de faire revivre l’aventure exemplaire du Winnipeg de Neruda. Il connaît bien la force des poètes capables de transformer leur indignation en actes.

Murielle Szac est écrivain, journaliste et éditrice. Elle a publié une quinzaine d’ouvrages pour la jeunesse, dont les Feuilletons de la mythologie grecque en 100 épisodes (Éditions Bayard) qui lui valent un immense succès. Ses romans ont souvent une trame sociale ou politique car elle mêle étroitement engagement et écriture. Elle a créé en 2008 la collection Ceux qui ont dit Non qu’elle dirige chez Actes Sud Junior. Aux Éditions Bruno Doucey, elle dirige les collections « Poés’idéal », « Sur le fil » et « Poés’histoires »
Bruno Doucey est un écrivain et un éditeur de poésie. Il dirige les Editions Seghers de 2002 à 2010. Désormais installé à Paris, il est également l'auteur d'une œuvre personnelle poétique et romanesque.
Bruno Doucey et Murielle Szac fondent en 2010 les Éditions Bruno Doucey (diffusion: Harmonia Mundi) : "Une poésie vivante et généreuse, ouverte et offerte à tous, une poésie qui ouvre nos horizons et nous rend plus forts ensemble, voilà la poésie que cette maison d’édition veut promouvoir."  En 2019, un des auteurs qu'ils éditent, Yvon Le Men, reçoit le Prix Goncourt de la poésie

Vous n'étiez pas disponible le 12 novembre ? Visionnez la conférence de Bruno Doucey et Muriel Szac en cliquant ici



Jeudi 19 novembre 2020 à 14h30 :

Sébastien MAILLARD -  Les cartes de l'Union européenne dans le monde post-covid - Cycle Géopolitique Conférence en audio

Alors que la pandémie rebat certaines cartes de la géopolitique mondiale, Sébastien Maillard, directeur de la fondation Jacques Delors évoquera les perspectives actuelles pour l'Union européenne

Sébastien Maillard, actuellement directeur de l’Institut Jacques Delors a été journaliste à La Croix, où il a dernièrement couvert la campagne d’Emmanuel Macron. Auparavant correspondant du quotidien à Bruxelles puis à Rome, il a effectué de nombreux reportages à travers le continent. Spécialiste des affaires européennes, qu’il a enseignées à Sciences Po (Paris) et pour Boston College, engagé dans diverses actions pour l’Europe (EuropaNova, Comece, Maison Robert Schuman), il est l’auteur de Qu’avons-nous fait de l’Europe ? (éd. Salvator, 2013 – préface de Jacques Delors) et a co-écrit Faire l’Europe dans un monde de brutes avec Enrico Letta, paru en septembre 2017.
Réécouter l'audio-conférence de Sébastien Maillard



Jeudi 26 novembre 2020 à 14h30 :

Olivier MIGNON -  Magellan et le premier cercle du monde

Le 20 septembre 1519, une flotte de cinq navires commandée par Fernand de Magellan, quitte l’Espagne dans le but de trouver un passage maritime au sud de l’Amérique. L’objectif : rejoindre les Moluques, les fameuses îles aux Épices, revendiquées par l’Espagne en évitant les eaux portugaises. Trois ans plus tard, au terme d’un voyage harassant et plein d’embuches quelques-uns des 237 hommes de Magellan sont de retour à Séville. Ils viennent d’accomplir la première circumnavigation. Alors que nous commémorons le 5e centenaire de la découverte du détroit, nous vous proposons de partir sur les traces de ces aventuriers qui, bien malgré eux, ont fait le premier tour du monde à la voile.

Olivier Mignon est ancien élève de l’École du Louvre et titulaire d’une maîtrise en histoire médiévale. Il a consacré son mémoire de maîtrise à la restauration de l’abbaye bénédictine du Mont-Saint-Michel où il travaille depuis maintenant 28 ans comme guide-conférencier du Centre des Monuments Nationaux. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages consacrés à l’histoire de l’architecture, il accompagne également des voyages à l’étranger comme conférencier. Ceci lui a valu de participer à un grand nombre de croisières culturelles dans le cadre desquelles il a développé des sujets liés à l’histoire maritime et aux grands navigateurs.

 

Jeudi 3 décembre 2020 à 14h30 :

Louise ROBIN - Questions de gout

Louise Robin est spécialisée en Art contemporain. Elle intervient dans un champ élargi, de la Renaissance à nos jours. Elle est aujourd’hui enseignante chargée de cours à l’Université de Rennes II, dans le cadre d’un Master Histoire & Médiation du Patrimoine en Europe. Elle est également présidente de l‘association culturelle nantaise ARTABAN, dont la vocation depuis vingt ans est de faciliter l’accès à la culture en faisant découvrir les richesses du patrimoine et la diversité des langages artistiques à travers l’histoire des arts.



Jeudi 10 décembre à 14h30 :

Thierry PIEL -  Grandeurs et misères de Gênes, chronique artistique d'une métropole méditerranéenne (XVIe-XXe siècles)

Avec ses 570 000 habitants, Gênes forme avec Turin et Milan, le pôle économique le plus dynamique de l’Italie contemporaine. Premier port d’Italie, son exceptionnel destin avait débuté au XIe-XIIe siècles lorsque ses navires entreprirent de sillonner le bassin méditerranéen. Son émancipation communale précoce sera en outre à l’origine de la construction d’une république urbaine dont les limites territoriales finirent au XVIe s. par coïncider avec celles de l’actuelle région ligure. C’est au cours de ce même siècle qu’un enfant du pays mercenaire à ses heures, Andrea Doria, fit le choix de l’alliance espagnole. Gênes s’impose alors que le principal centre financier des Habsbourgs d’Espagne. Les grandes familles nobles enrichies ne tardent pas à investir dans la pierre et c’est ainsi que dans la seconde moitié du XVIe siècle et au début du XVIIe sortent de terre de somptueux palais le long de l’actuelle via Garibaldi anciennement strada Nuova, la plus belle artère d’Europe selon Pierre-Paul Rubens. Le peintre flamand Antoine van Dyck se rendra également à Gênes, immortalisant par ses portraits les grandes familles génoises.
Le déclin de l’Espagne et les appétits territoriaux de ses plus proches voisins piémontais et autrichiens conduisirent au cours du XVIIIe s. la république de Gênes à se rapprocher de la France à laquelle elle finit par remettre ses droits sur la Corse. Ironie de l’histoire, c’est un général natif de cette île, Napoléon Bonaparte, qui en 1797, à l’issue de la première campagne d’Italie, scellera le sort de la république de Gênes rebaptisée alors république de Ligurie avant d’être annexée à la France en 1805. En 1814, à l’issue du congrès de Vienne, Gênes est remise au royaume du Piémont devenu en 1861 royaume d’Italie.
Cette conférence se proposera de parcourir l’histoire de Gênes à travers ses remarquables témoins patrimoniaux depuis le milieu du XVIe s. jusqu’à nos jours.

Thierry Piel est Maître de conférences en histoire ancienne à l'Université de Nantes. Spécialiste de la civilisation étrusque et de l'histoire de la Rome archaïque.


 

Jeudi 17 décembre 2020 à 14h30 :

Claus WALSTEIN - La Nouvelle Orléans et la culture "second line"


La Nouvelle Orléans, ville de musique. Nola, telle que ses habitants l’appellent aujourd’hui, est considérée étant le berceau du jazz. Ce sont en effet ses défilés et parades d’orchestres de rue, les brass bands, qui ont largement contribué à la naissance d’un genre de musique que nous désignons comme  le « Jazz Nouvelle Orléans ». Bien plus qu’une pure construction touristique, ces défilés de brass bands et leurs cohortes de danseurs, les « Second Line », sont une coutume sociale profondément enracinée dans l’histoire et la culture nouvelles orléanaises.
Du défilé funéraire au jazz Nouvelle Orléans retrace les grandes lignes de cette histoire d’une musique populaire, toujours actuelle.

Claus Walkstein est ancien Maître de Conférences à l’Université de Nantes, Psychologue social et musicien, chercheur et conférencier sur les origines sociales du jazz Nouvelle Orléans.
Il a fait de multiples séjours de recherche et de documentation aux US et notamment à la Nouvelle Orléans où il entretient de nombreux contacts avec des chercheurs historiens, anthropologues et sociologues du jazz.
Président de l’Association Pays de la Loire France Preservation Jazz, Claus Walkstein est aussi banjoïste, chanteur de jazz et bandleader de deux orchestres traditionnels.

 
La Nouvelle Orléans

Jeudi 07 janvier 2021 à 14h30 :

John TOLAN - Le Coran de Napoléon

John Tolan (Professeur d’histoire médiévale - Université de Nantes) à propos de son dernier ouvrage : Mahomet l’européen: Histoire des représentations du Prophète en Occident (Albin Michel, 2018). Formé à Yale (BA en lettres classiques), à Chicago (Master & PhD en histoire), puis à l’EHESS (HDR), John Tolan est professeur d’histoire à l’Université de Nantes, membre de l’Academia Europæa et resposable du programme européen « The European Qur’an » (euqu.eu). Historien du monde méditerranéen médiéval, il est auteur de nombreux articles et ouvrages, dont Les Sarrasins (Flammarion/Aubier 2003), Le Saint chez le sultan (Le Seuil 2007), L’Europe latine et le monde arabe au Moyen Age (Presses Universitaires de Rennes 2009) et Mahomet l’européen : une histoire des représentations du Prophète en Occident (Albin Michel 2018).
 


Jeudi 14 janvier 2021 à 14h30 :

Bruno DOUCEY et Murielle SZAC - Yannis Ritsos, résister en poésie

A l'occasion de la parution du roman (adulte) de Bruno Doucey "Ne pleure pas sur la Grèce"

Murielle Szac est écrivain, journaliste et éditrice. Elle a publié une quinzaine d’ouvrages pour la jeunesse, dont les Feuilletons de la mythologie grecque en 100 épisodes (Éditions Bayard) qui lui valent un immense succès. Ses romans ont souvent une trame sociale ou politique car elle mêle étroitement engagement et écriture. Elle a créé en 2008 la collection Ceux qui ont dit Non qu’elle dirige chez Actes Sud Junior. Aux Éditions Bruno Doucey, elle dirige les collections « Poés’idéal », « Sur le fil » et « Poés’histoires »
Bruno Doucey est un écrivain et un éditeur de poésie. Il dirige les Editions Seghers de 2002 à 2010. Désormais installé à Paris, il est également l'auteur d'une œuvre personnelle poétique et romanesque.
Bruno Doucey et Murielle Szac fondent en 2010 les Éditions Bruno Doucey (diffusion: Harmonia Mundi) : "Une poésie vivante et généreuse, ouverte et offerte à tous, une poésie qui ouvre nos horizons et nous rend plus forts ensemble, voilà la poésie que cette maison d’édition veut promouvoir."  En 2019, un des auteurs qu'ils éditent, Yvon Le Men, reçoit le Prix Goncourt de la poésie

 

Jeudi 21 janvier 2021 à 14h30 :

Patrick BARBIER - De Bach à Mozart : quelle évolution au cours du XVIIIe siècle ?

Patrick Barbier, Italianiste, historien de la musique et professeur émérite de l'Université catholique de l'Ouest (Angers), Patrick Barbier a écrit de nombreux ouvrages sur les liens entre la musique et la société, à l'époque baroque et à l'époque romantique. Son Voyage dans la Rome baroque a obtenu le Prix Thiers 2017 de l'Académie française. Il vient de publier Pour l'amour du baroque , un guide très personnel, chez Grasset, qui est l'objet de la conférence de ce jour.




Jeudi 28 janvier 2021 à 14h30 :

Emmanuel de WARESQUIEL -  "SEPT JOURS (17-23 juin 1789), La France entre en révolution" (Tallandier)

En partenariat avec l'Académie Littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire
La révolution s’est jouée et accomplie en 7 jours. Le 17 juin 1789, peu après la convocation des Etats généraux par Louis XVI, les députés du Tiers état se constituent en assemblée nationale. Le 20, ils jurent, par leur serment du Jeu de paume, de ne jamais se séparer avant d’avoir donné une constitution au royaume. Le 23, ils envoient promener le roi. « Nous sommes ici par la volonté du peuple et nous n’en sortirons que par la force des baïonnettes ». Et le roi cède. Le 23 juin, il n’y a plus de roi en France. La souveraineté est passée du côté de la nation. L’ancienne société monarchique construite sur un principe d’inégalité en droit, est pulvérisée. Dans les provinces et à Paris le peuple est déjà en pleine insurrection. Ce n’est pas la prise de la Bastille qui a fait la révolution. La forteresse royale est tombée d’elle même. Sa chute n’a été qu’un symbole. Ce qui se passe avant et que personne n’a encore raconté est autrement plus passionnant : la révolution d’un côté ; la cour, le roi et ses ministres de l’autre. On ne touche au tragique d’un événement que lorsqu’on en fait le tour complet. C’est de cet affrontement dont il va être question, et avec lui, de ceux qui en ont été les acteurs : la famille royale et les ministres bien sûr mais aussi les députés du Tiers état, Sieyès et Mirabeau.  Tout est en place au cours de ces sept jours : la violence et la haine, l’égalité plus que la liberté, la suspicion, l’obsession du complot, les malentendus, la jalousie, le choc des ambitions. Les chemins qui conduisent à la liberté et au bonheur du peuple dont beaucoup ont rêvé cette semaine là ont été semés d’embuches. Le temps et la mémoire en ont fait des routes droites et belles. A l’historien d’aller au plus près de ses sources, de les découvrir ou de les relire, de traverser les miroirs de la mémoire et de rendre les évènements à eux mêmes.
Emmanuel de Waresquiel est éditeur et historien, spécialiste de l'histoire des idées au XIXe siècle. Ancien élève de l'École normale supérieure et docteur en histoire, il est chercheur à l'École pratique des hautes études.
 


Jeudi 04 février 2021 à 14h30 :

Jean-François CARAËS - Le "voyage à la Chine" au XIXe siècle

En partenariat avec l'Académie Littéraire de Bretagne et des Pays de la Loire
Jean-François Caraës est Conservateur en chef du patrimoine, ancien directeur-adjoint des Archives départementales de Loire-Atlantique. Membre de l'Académie littéraire de Bretagne et des Pays de Loire.
Il a effectué des Études supérieures à l’Université de Nantes et à l’Institut national des Études territoriales de Strasbourg. Il est titulaire d’une maîtrise de droit public et d’un DEA d'histoire contemporaine.
Président de la Société archéologique et historique de Nantes et de la Loire-Atlantique de 1996 à 2000 et de 2007 à 2016, membre des conseils d’administration de plusieurs associations d’histoire, a organisé plusieurs congrès, colloques et journées d’études et fait régulièrement des conférences et visites commentées.
Auteur de nombreux répertoires, inventaires et catalogues de fonds iconographiques, archives privées, archives de la période révolutionnaire, archives diocésaines, de plusieurs dizaines d’articles publiés dans les revues et bulletins des sociétés historiques de Bretagne, a collaboré à plusieurs ouvrages d'histoire régionale et a en outre publié deux ouvrages : Le général de Castagny (1807-1900) - Servir dans l'armée française sous le second empire, Paris, L'Harmattan, 2001 ; "C'était la clé de tout le pays de Retz"​ - Regards historiques sur Port-Saint-Père, Maulévrier, Hérault éditions, 2001.
Chevalier de l'ordre national du Mérite, officier dans l'ordre des Arts et des Lettres, prix d'histoire de la Société académique de Nantes 1995.




Jeudi 11 février 2021 à 14h30 :

Christian LABOISSE - La guérison spontanée existe-t-elle en cancérologie ?

Christian Laboisse est médecin Pathologiste, Professeur émérite des Universités, ancien Chef de service au CHU de Nantes, créateur et Directeur de l'Unité de Recherche Inserm U539.


 



Jeudi 18 février 2021 à 14h30  : 

Erick SCHNAKENBOURG - La mondialisation de la diplomatie française à l'époque moderne  - Cycle Histoire Diplomatique

Bien que dès l’époque médiévale les Européens aient entretenu des relations diplomatiques avec des puissances extérieures à leur continent, le grand processus de désenclavement du monde de la fin du XVe siècle multiplia les occasions d’interactions diplomatiques entre l’Europe et des puissances lointaines. La mondialisation de la diplomatie européenne peut être envisagée dans différentes perspectives. La première est celle de l’importance croissante des enjeux ultramarins dans les rivalités entre puissances européennes, comme si le monde s’invitait à la table des négociations des pays occidentaux. La seconde grande perspective que je souhaiterais présenter concerne la dimension culturelle de la rencontre diplomatique. Si, en Europe, une grammaire des relations entre puissances avec ses coutumes et ses règles s’était progressivement élaborée au cours de l’époque moderne, les choses étaient, en revanche, bien différentes à l’échelle du monde. Les Européens, en effet, bien loin d’imposer leurs modalités de négociations et durent bien souvent s’adapter aux exigences de leurs interlocuteurs.

Eric Schnakenbourg est Professeur d'Histoire moderne. Directeur du Centre de Recherche en Histoire
Internationale et Atlantique (C.R.H.I.A.) Membre du comité de pilotage de l'axe 4 du LaBex EHNE (Ecrire une Histoire Nouvelle de l'Europe)