• Le 30 janvier 2019
    De 14:30 à 16:00
    Campus centre ville
    Amphi Kernéis, 1, rue Bias, Nantes
  • Gratuit étudiants UP sur présentation de la carte étudiant 2018/2019
    5 € tout public
    Aucune réservation, billetterie sur place
  • Plan d'accès

Antibiotiques« La résistance aux antibiotiques constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale, la sécurité alimentaire et le développement » d’après l’organisation mondiale de la santé (OMS). Un nombre croissant d’infections, comme les infections pulmonaires ou les infections urinaires deviennent de plus en plus difficiles à traiter. On estime actuellement que toutes les 4 minutes une personne décède d’une infection causée par une bactérie qui est devenue résistante aux antibiotiques. La flore digestive, ou microbiote intestinal, est le principal réservoir des bactéries résistantes aux antibiotiques. Chacun d’entre nous abrite de multiples colonies de micro-organismes très diversifiés, constituant les différents microbiotes d’organe. Ils s’établissement au niveau de différents sites anatomiques et sont majoritairement constitué de bactéries. Le plus exploré et le plus important est le microbiote intestinal : au cœur de nos intestins, 100 000 milliards de bactéries constitue un écosystème avec lequel nous vivons en symbiose. Ce microbiote exerce de nombreuses fonctions indispensables à la santé mais il est impliqué dans de nombreuses maladies. Durant ce cours, nous aborderons la problématique de la résistance aux antibiotiques et nous donnerons une vision détaillée du microbiote intestinal. Enfin, nous présenterons les différentes options du modulation du microbiote intestinal dans le contexte de la résistance aux antibiotiques.

Le docteur Emmanuel MONTASSIER est professeur associé en thérapeutique au sein des urgences et du SAMU/SMUR du CHU Hôtel Dieu de Nantes et est membre de l'équipe de recherche MiHAR (microbiote, hôte, Antibiotiques, Résistance bactérienne). Il a obtenu un master et une thèse à l’université de Nantes en 2014. Il a effectué un stage post-doctoral dans le laboratoire du Pr Knights à l’université du Minnesota aux Etats-Unis. Il est membre du comité editorial des annales françaises de médecine d’urgence et membre de la commission scientifique de la société française de médecine d’urgence.