https://up.univ-nantes.fr/medias/photo/euro-g1b7e800e7-1920_1661956332717-jpg
  • Le 02 décembre 2022 de 14:30 à 16:00
    Campus Centre Loire
    Amphi Kernéis, 1 rue Bias, Nantes
    false false
    • Gratuit étudiants UP, étudiants en formation initiale et personnel de l'Université sur présentation de la carte
    • 5 € tout public
    Aucune réservation, billetterie sur place. Entrée dans la limite des places disponibles.
  • Plan d'accès

14h30 - Amphi Kernéis

La résurgence de l’inflation à la suite de la pandémie de Covid-19 a mis brutalement fin à une période de plus de trente ans de stabilité des prix. Si les avis et les analyses divergent sur les causes profondes de la hausse des prix actuelle, les solutions pour l’enrayer apparaissent toutes très classiques. Ce serait aux banques centrales d’agir par la mise en œuvre de politiques monétaires restrictives, fondées sur la hausse des taux d’intérêt et du coût de l’argent. Or, pour résoudre les conséquences de la crise financière de 2008, les banques centrales ont, depuis plus de dix ans, mené des politiques strictement inverses, notamment par le biais des mesures de « quantitative easing » (assouplissements quantitatifs).
L’ajustement rapide des politiques monétaires pourra-t-il enrayer l’inflation ou faut-il au contraire s’y habituer ? Les banques centrales ont-elles vraiment les moyens d’agir efficacement ? Si elles le font, l’ampleur des politiques restrictives ne risque-t-elle pas d’engendrer une nouvelle crise financière ?

David Cayla est enseignant-chercheur à l'université d'Angers. Il a publié de nombreux ouvrages dont La Fin de l'Union européenne (2017) (avec Coralie Delaume), L'Economie du réel (2018) et Populisme et néolibéralisme (2020). Son dernier livre, Déclin et chute du néolibéralisme est sorti aux éditions De Boeck Supérieur.