• Le 11 janvier 2019
    De 14:30 à 16:00
    Campus centre ville
    Amphi 9 (Médecine), 1 rue Gaston Veil
  • Gratuit étudiants UP abonnés à l'Observatoire des médias sur présentation de la carte étudiant 2018/2019
    8 € tout public

    Aucune réservation, billetterie sur place

Invité de l’Observatoire des médias de l’université permanente de Nantes

Jean-Marie CHARONJean-Marie CHARON  est  sociologue, spécialisé dans l'étude des médias et du journalisme. Il est ingénieur d'études au CNRS, rattaché au Centre d'étude des mouvements sociaux (EHESS) et enseignant à l’IEP de Rennes. Il est l’auteur de plus de vingt ouvrages et vient de publier chez UPPR Rédactions en inventions.
Dans son dernier essai "Rédactions en inventions", essai sur les mutations des médias d’information ( UPPR Edit 2018) Jean-Marie Charon montre que dans ce paysage de l’information «en complet bouleversement» depuis deux décennies, les rédactions sont forcées de se réinventer dans un climat d’«incertitude». Il leur faut s’adapter, anticiper, innover, redéfinir la relation avec le lecteur, sans négliger pour autant leur ligne éditoriale ni l’exigence accrue de qualité et de fiabilité.
Jean-Marie Charon  constate que l’information de flux, consistant à produire rapidement des nouvelles sans analyse ni perspective, n’a plus d’avenir, si ce n’est pour des médias bénéficiant déjà d’une audience massive. Pour les autres, un défi s’impose: monétiser auprès des publics une information «qui se démarquera, se distinguera de celle, redondante, partout disponible».
Le sociologue constate que les rédactions «ont du mal à définir et expliciter les critères» d’une information à valeur ajoutée, seule susceptible de déclencher l’acte d’achat, mais qui suppose de «renforcer les organisations nécessaires à sa production».
Pour s’adapter au numérique, beaucoup de rédactions anglo-saxonnes ont effacé la barrière entre le papier et le Web pour faire travailler d’un côté des «producteurs» qui vont chercher l’information, et de l’autre, des «éditeurs», qui la mettent en forme en fonction des supports (numérique et papier).
Une telle évolution peut nécessiter, selon le chercheur, «des phases intermédiaires» : des «expérimentations» dans ces laboratoires que sont devenues les rédactions.

Présentation : Patrice Saint André