• Le 03 avril 2019
    De 14:30 à 16:00
    Campus centre ville
    Amphi Kernéis, 1 rue Bias, Nantes
  • Gratuit étudiants UP sur présentation de la carte étudiant 2018/2019
    5 € tout public
    Aucune réservation, billetterie sur place
  • Plan d'accès

Robot

Les personnes atteintes de troubles du spectre autistique (TSA) ont un attrait "naturel" pour tout objet électronique: ordinateurs, tablettes et robots, et encore plus les robots de type humanoïdes. Il est donc intéressant d'utiliser ces objets comme médiateurs dans le cadre de l'accompagnement thérapeutique de l'autisme, car ils permettent d'accéder plus facilement aux personnes TSA.  Classiquement, le robot est utilisé comme un compagnon: un simili humain, qui est pré-programmé et doté d'une personnalité (celle du programmeur), et qui va solliciter l'autiste sur différents exercices pré-enregistrés. Cette approche soulève deux questions fondamentales: la première concerne l'utilisation de l'objet robotique et son action réelle sur les mécanismes cognitifs puisque le remplacement du robot par un humain (qui ferait faire les mêmes exercices) reste problématique; la seconde adresse l'approche thérapeutique elle-même, puisque basée sur la sollicitation, qui tendrait selon des chercheurs à augmenter la dépendance à l'accompagnement, et s'oppose donc à une redéfinition de l'individu autonome. Le projet Rob'Autisme, dispensé depuis 2014 à Nantes, propose une approche internationalement innovante où le robot est discuté et utilisé, non comme un compagnon, mais comme une prothèse robotique en communication, c'est-à-dire que la personne TSA peut utiliser pour communiquer avec le monde. L'approche permet entre autre de reconstruire le lien au monde et améliore la communication volontaire des participants tout en apaisant leurs angoisses.

Sophie SAKKA est enseignante-chercheuse à l'Ecole centrale de Nantes et chargée de mission en robotique au CNRS. Elle a fondé l'association Robots! pour diffuser auprès du grand public des connaissances sur les robots et sur leur utilisation. Cette association mène aussi une réflexion sur comment, dès aujourd'hui, les robots peuvent améliorer notre quotidien. Dans le cadre de sa recherche, elle s'intéresse au mouvement humain et à sa reproduction par des robots humanoïdes, dans l'objectif de réaliser des prothèses et exosquelettes autonomes (handicap).